Al Capone biographie

Al Capone : La Biographie du Vrai Scarface

Sommaire

Qui est Al Capone ?
Ce personnage historique te dit certainement quelque chose. Tout le monde a déjà entendu son nom ne serait-ce qu’une fois. Perçu comme le gangster le plus populaire de tous les temps, il a été une des figures marquantes des années 20 pendant la prohibition aux États-Unis.

Celui que l’on surnomme « Scarface » a en effet inspiré de nombreux films, livres et documentaires qui ont vu naître le stéréotype du mafieux que l’on connaît bien aujourd’hui.

Pourquoi alors les gens sont-ils autant fascinés par sa vie ? Comprenons-le ensemble au travers de cette biographie, que nous espérons la plus complète et concise possible.

La jeunesse d’Al Capone

En quête du rêve américain

Al Capone, de son vrai nom Alphonse Gabriel Capone, est né à New York dans le quartier de Brooklyn en 1899.
Sa famille d’origine italienne (de Salerne précisément) immigre aux États-Unis en 1894 à la recherche d’un avenir plus radieux. Gabriele, son père, est barbier tandis que sa mère, Teresa, exerce un métier de couturière.
Les deux essayent alors tant bien que mal d’élever leurs 9 enfants malgré les conditions de vie pénibles.

Comme tous les immigrés à l’époque, les Capone travaillent dur pour gagner leur vie. Ils sont respectueux de la loi et font tout pour s’intégrer à leur pays d’accueil. Et ce, malgré la barrière de la langue ou les différences culturelles ainsi que religieuses.

Le quartier de Brooklyn dans lequel Al Capone vit est extrêmement pauvre. La délinquance et la misère sont le train de vie du jeune garçon alors âgé de 10 ans. Ce qui influe beaucoup sa personnalité, qui dévie très vite vers la brutalité et la violence.

À 14 ans, il forme déjà son premier gang : le “Navy Street Gang”, en référence au nom de quartier dans lequel il habite. Il le crée pour mettre fin aux harcèlements des filles italiennes causés par les garçons irlandais.

À ce même âge, il quitte l’école après avoir frappé son instituteur. Avec ses problèmes disciplinaires et son tempérament sanguin, son parcours scolaire ne fait pas long feu.

 

Al capone biographie jeuneAu milieu, Al Capone à l’âge de 19 ans et son père, Gabriele, à gauche.

 

5 ans plus tard, le 30 décembre 1918, il se marie avec Mary Coughlin, une Irlandaise rencontrée dans un bar. Le jeune couple met alors au monde leur seul et unique enfant : Albert Francis.

Le futur d’Al Capone à ce moment-là est relativement incertain. Ayant abandonné sa scolarité très jeune, il n’a plus d’autre choix que de se tourner vers la rue pour subvenir aux besoins de sa famille.

En fréquentant la grande délinquance new-yorkaise, il essaye ainsi de gagner sa vie en tant que gangster de bas étage. Là-bas, il commence d’ailleurs à côtoyer plusieurs grandes figures de la mafia.

Al Capone et ses premiers contacts avec le crime organisé

Al Capone fréquente régulièrement les bars new-yorkais, ce qui le met progressivement en relation avec le crime organisé de la zone.
À ce moment-là, il entre dans un nouveau gang. Une bande criminelle comptant des gangsters notoires, tels que : Johnny Torrio, Frankie Yale ou encore Lucky Luciano.
Grâce à eux, Capone fait ses classes et entame son évolution dans la pègre new-yorkaise.

 

Portrait Johnny Torrio, Frankie Yale et Lucky Luciano

De gauche à droite : Johnny Torrio, Frankie Yale et Lucky Luciano.

 

C’est Frankie Yale qui le prend sous son aile en l’embauchant dans son bar (qui fait également maison close) le “Harvard Inn”. Un établissement pas très accueillant dans lequel bagarres et tueries ont régulièrement lieu.

Le travail d’Al Capone consiste alors à :

  • Collecter l’argent des mauvais payeurs en les intimidant par la force
  • Et contrôler la rentrée d’argent des prostituées, en cas de détournements

L’histoire de la balafre qui lui vaudra le surnom de : “Scarface”

Commençant à s’habituer avec son nouveau travail et à être apprécié par ses collègues, Al Capone passe barman dans le Harvard Inn.
C’est à cette période qu’il reçoit sa fameuse cicatrice et son surnom de : “Scarface” (le balafré en français).

Tout débute lors d’une soirée dans laquelle Al Capone est de service au bar.
Selon les rumeurs, Al aurait repéré une fille et l’aurait courtisé en lui chuchotant des propos désagréables à l’oreille.
N’ayant pas du tout apprécié les propos entendus, la fille aurait alors refusé ses avances et serait partie se plaindre chez son frère : un gangster nommé Frank Galluccio.

Ivre et mécontent, ce dernier aurait ainsi brandi un ouvre-bouteille et aurait tenté de trancher la gorge de Capone. La tentative ratée, Al Capone se retrouve dès lors avec la joue entaillée par 2 reprises. Dont une particulièrement prononcée qui s’étend de l’oreille à la bouche.

Finalement, cette balafre allait faire partie intégrante de son personnage et allait créer la légende Scarface.

Balafre al capone

Zoom sur les 2 balafres d’Al Capone.

 

Al Capone s’éloigne du crime organisé, mais pas pour longtemps…

Difficile à croire, mais Al Capone a bien failli ne jamais être le gangster iconique que l’on connaît bien aujourd’hui.
Depuis son mariage avec Mary Coughlin, il semble changer de direction. L’envie de trouver un emploi honnête et respectable pour protéger financièrement sa famille se fait de plus en plus ressentir.

 

Al capone biographie sa femme et son fils

Portrait d’Al Capone, sa femme et son fils.

 

Il quitte alors le bar de Frankie Yale et déménage à Baltimore. Là-bas, il réussit à trouver un travail et développe des compétences de comptabilité. (Ces dernières lui serviront d’ailleurs beaucoup pendant la prohibition au moment de gérer ses millions de dollars).

Mais hélas ce train de vie ordinaire ne dure pas longtemps.
Car le 14 novembre 1920, son père Gabriele décède d’une crise cardiaque, l’obligeant à revenir à Brooklyn et à ses mauvaises fréquentations.

Capone remet donc un pied dans le crime organisé et cette fois-ci définitivement…

L’appel de Chicago

À New York, Al Capone obtient rapidement une réputation de brute. On disait de lui qu’il n’hésitait pas à recourir à la force jusqu’à tuer si nécessaire.
On raconte même qu’il aurait tué une prostituée soupçonnée de lui avoir caché de l’argent ; ou encore assassiné un ami qui aurait refusé de payer une dette pour le bar où il travaillait.

Mais ce sang chaud lui fait malheureusement défaut. Certains de ses confrères de gang le voit d’un mauvais œil.
Frankie Yale et Lucky Luciano décident d’ailleurs de le faire partir de la ville pour un moment et ce, dans le but de calmer le jeu et éviter que la justice se mêle de leurs affaires.

Ils le recommandent ainsi à Johnny Torrio, un gangster haut placé de Chicago.
Torrio, ayant besoin d’une personne de confiance pour l’aider dans ses multiples affaires criminelles, trouve alors un soutien à point nommé.

Al Capone, contraint d’accepter, reçoit 2000 dollars de la part de Lucky Luciano et prend le premier train pour Chicago. Le jeune gangster s’en va par conséquent écrire la suite de son histoire dans une ville qui fera sa légende.

 

Ville de chicago dans les années 20

La ville de Chicago dans les années 20.

Son ascension au pouvoir dans la pègre

Johnny Torrio, le mentor qui allait changer la vie d’Al Capone

Nous sommes désormais en pleine prohibition aux USA. Al Capone, accompagné de sa famille, arrive à Chicago en 1921.

Une fois sur place, il n’a qu’une envie : apprendre autant que possible les rouages du crime organisé. Pour cela, il compte sur son nouveau patron et mentor, Johnny Torrio.

 

Al capone biographie avec johnny torrio

Johnny Torrio et Al Capone.

 

Johnny Torrio est la personne idéale pour guider Capone vers les hautes sphères de la criminalité.
Avec lui, Al Capone prend conscience qu’il doit davantage user de son cerveau pour évoluer dans la hiérarchie.

Il commence alors à travailler dans des maisons de prostitution de bas étage. Puis se voit très vite promu en tant que barman / videur dans l’un des business principaux de Torrio.
Cet établissement est composé de 4 étages, dedans se trouve :

  • Les bureaux de Johnny Torrio
  • Un saloon et café
  • Un étage avec bar clandestin
  • Et un bordel

Comme le Harvard Inn, ce n’est pas un lieu très chaleureux. Les meurtres et les bagarres sont monnaie courante.

Al Capone se débrouillant plutôt bien à son nouveau poste, réussit à s’associer avec Torrio. Il commence à ce moment-là à bien gagner sa vie, en partie grâce à la contrebande d’alcool, la prostitution, le racket ou encore les paris sportifs.

 

Al capone biographie prohibition

Deux ouvriers en train de vider un tonneau d’alcool dans les égouts, sous la surveillance de policiers.

 

Tout se passe donc pour le mieux pour le clan de Torrio-Capone. L’expansion de leur empire criminel à Chicago poursuit son cours. Leurs maisons closes et bars clandestins affluent de plus en plus.
Jusqu’au jour où William E. Dever, fraîchement élu maire de Chicago, décide de mettre fin aux paris illégaux et aux infractions liées à la prohibition.

Suite à cette nouvelle mesure, de nombreux bars clandestins sont fermés, ce qui contraint les gangsters à quitter Chicago.
Al Capone et Torrio déménagent ainsi leur QG en périphérie de Chicago, à Cicero une ville d’environ 40 000 habitants à l’époque.

La prise de Cicero

Ville de cicero dans les années 20

Cicero dans les années 20 (ville périphérique de Chicago de 40 000 habitants).

 

Arrivé à Cicero, Johnny Torrio, alors chef du gang dans lequel Al Capone fait partie, souhaite faire de la ville une zone propice aux trafics d’alcool et aux paris sportifs clandestins.
L’objectif est simple : élargir leurs opérations de vice, prendre contrôle de la ville et ses infrastructures.

Pour cela, il leur faut absolument remporter les élections à venir.
Ces élections sont cruciales, le clan Torrio doit faire en sorte d’élire le républicain Joseph Z. Klenha s’il veut étendre ses activités criminelles.

Pour mener à bien cette mission, Al Capone amène deux de ses frères : Frank et Ralph.

31 mars 1924, jour d’élection, les gangsters n’hésitent pas à user des armes à feu et de leurs poings pour intimider les électeurs. Ces derniers sont escortés jusqu’aux urnes pour vérifier si l’enveloppe contient bien le nom du candidat républicain.
Les scrutateurs sont eux tenus captifs par les gangsters jusqu’à la fermeture des bureaux de vote. Riposteurs et contestataires sont abattus sur le champ.

Les habitants de Cicero sont très vite consternés par la situation qui leur échappe. Ils cherchent alors de l’aide auprès du juge Edmund J. Jarecki pour contrer les élections truquées.
Ce dernier, après avoir pris connaissance du problème, envoie immédiatement 70 policiers habillés en civil dans la ville de Cicero. Dès lors, les événements prennent une tout autre tournure…

Mêlés dans la foule, les policiers se ruent en effet vers les émeutes qui sévissent désormais dans la ville. Lorsqu’ils descendent du véhicule, ils aperçoivent Frank Capone (le frère aîné d’Al) tenter de sortir une arme.

Croyant à une descente d’une bande rivale, le frère d’Al met sa main dans la poche dans le but de riposter. Sauf que les policiers ne réfléchissent pas et l’abattent de sang-froid. Frank Capone est dès lors criblé de balles jusqu’à épuisement des chargeurs.
Il meurt sur le coup.

 

Portrait de Frank et Ralph Capone

De gauche à droite : Frank Capone et Ralph Capone.

 

Après ce tragique incident, le chaos continue à régner à Cicero et ce, jusqu’à la fermeture des votes. Heureusement pour Capone et Torrio, leur candidat est réélu. Ce qui signifie donc qu’ils peuvent enfin étendre leurs activités criminelles.

Cette victoire a toutefois un goût amer pour Capone qui perd son frère durant la bataille.

________________________________

Al Capone poster

________________________________

Sa rivalité avec les gangs irlandais

Moins d’un mois après les élections mouvementées de Cicero, Johnny Torrio et Al Capone ne perdent pas de temps pour lancer une nouvelle maison de jeu qui leur rapporte près d’un demi-million de dollars aux cours des premières années (somme astronomique à l’époque).

À cette période, Cicero compte plus de 150 maisons de jeu, toutes servant de l’alcool en abondance en ce contexte de prohibition.

Le marché de la contrebande d’alcool est en effet très prolifique à ce moment-là, si bien que les gangsters italo-américains ne sont pas les seuls à vouloir se l’accaparer.
D’autres bandes criminelles veulent également leur part du gâteau dont les Irlandais, présents bien avant eux sur le marché.

Ce qui devait donc arriver arriva : les deux clans entrent en conflit pour obtenir le monopole de la contrebande d’alcool.
Cette rivalité, pour le moins sanglante, opposera pendant toute la durée de la prohibition : gangsters italiens et irlandais (ce qui est plutôt ironique au passage quand on sait que la femme de Capone est irlandaise).

Le premier, et le plus gros obstacle du gang Torrio-Capone est Dean O’Bannion, le chef du gang irlandais.
En voyant les Italiens prendre la main sur le trafic d’alcool, il les attaque sans scrupule. Son but premier est de s’en prendre au chef de gang italien, Johnny Torrio.
Les irlandais mènent alors une descente contre lui afin de l’assassiner. La tentative ayant ratée, Torrio ne veut qu’une chose : se venger.

5 mois plus tard, le 10 novembre 1924, c’est chose faite. Dean O’Bannion est assassiné dans sa boutique de fleurs de 2 balles dans la poitrine et 2 dans le cou. Trois des hommes de Torrio étaient à l’origine de ce meurtre, dont : Frankie Yale, John Scalise et Albert Anselmi.

 

Al capone biographie dean o'bannion

Portrait de Dean O’Bannion, ainsi que la Une du journal The Chicago Daily News titrant “Dean O’Bannion est assassiné dans sa boutique”.

 

Cette concurrence éliminée, Torrio et Capone n’en ont pas fini avec la mafia irlandaise. Deux autres gangsters Irlandais leur donnent également du fil à retordre, comme : Hymie Weiss et Bugs Moran.

En janvier 1925, ces derniers élaborent un plan pour assassiner Torrio. Une énième tentative des Irlandais pour tuer le chef du clan italien.

Cette fois-ci, leur coup est presque réussi, Torrio réussit à s’en sortir par miracle. Il sera à deux doigts de perdre la vie.
Cet événement majeur précipite dès lors la retraite de Torrio qui dit en avoir marre de la folie de Chicago.
Les rênes sont donc laissées à Al Capone, désormais à la tête des opérations.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, aucune vengeance n’est orchestrée par Scarface suite à cette tentative de meurtre.
En réalité, Capone est aussi occupé par une autre guerre de gangs : celle qui le confronte avec la famille mafieuse sicilienne les Gennas.

Mais, Scarface ne peut se permettre d’ignorer les Irlandais qui n’ont alors qu’une envie : venger la mort de Dean O’Bannion.
Pour répondre à ces réprésailles, Al Capone planifie leur extermination, en commençant par le premier trouble-fête : Hymie Weiss.

 

Photo de Hymie Weiss

Portrait du gangster Irlandais, Hymie Weiss.

 

Une équipe de 5 tueurs est chargée de réaliser son assassinat, parmi eux :

  • Frank Nitti
  • Anthony Accardo
  • Frank Diamond
  • Albert Anselmi
  • John Scalise

11 octobre 1926 : la bande de tueurs commence à scruter les faits et gestes de Weiss. Pendant une semaine, ils attendent le moment propice pour l’abattre, jusqu’à ce qu’une opportunité se présente.
Une occasion qui ne tarde pas à venir étant donné que, quelque temps plus tard, les soldats de Capone le tuent avec ses 3 gardes du corps aux abords d’un de ses magasins.

 

Al capone biographie hymie weiss mort

Corps de Hymie Weiss après que les hommes de Capone l’aient abattu.

 

Hymie Weiss, l’un des ennemis les plus redoutables de Scarface, était ainsi hors-jeu. Il ne restait plus que Bugs Moran avant l’acquisition du monopole de la contrebande d’alcool de Chicago.

Le massacre de la Saint-Valentin

En avril 1927, l’ancien maire de Chicago William H. Thompson est réélu. Cette nouvelle profite à Capone, qui après 4 ans d’exil, peut revenir dans son ancien QG.

Plus enclin à détourner le regard sur le crime organisé, le nouveau maire permet à Capone d’élargir sa zone de pouvoir et d’être immunisé contre les arrestations de police.

À cet instant, Bugs Moran est le dernier rempart pour Capone pour contrôler la totalité de la contrebande d’alcool de Chicago.
Les 2 hommes se mènent ainsi une guerre de gangs sans précédent, avec des tueries et des règlements de comptes interminables.

 

Al capone biographie bugs moran

Photos du gangster Irlandais, Bugs Moran.

 

Capone, pour mettre fin à cet affrontement, élabore alors un plan. Ce plan a lieu le 14 février 1929, le jour de la Saint-Valentin.
Ce jour-là, plusieurs de ses hommes sont envoyés à l’un des entrepôts d’alcool de Bugs Moran. Les tueurs à gage, déguisés en policiers, ordonnent aux 7 gangsters irlandais présents dans le bâtiment de s’aligner contre le mur.

Pensant que les “policiers” cherchaient uniquement à leur extorquer de l’argent, ces derniers restent relativement confiants. Pas pour bien longtemps toutefois…
Les soldats de Scarface, sans pitié, les criblent de balles et transformant l’entrepôt de Moran en véritable boucherie.

 

Massacre de la saint-valentin

Reproduction du massacre de la Saint-Valentin.

 

Tous les gangsters irlandais meurent sur le coup.
Après ce terrible massacre, les soldats de Capone comprennent à leur grande stupéfaction que Bugs Moran ne se trouvent pas parmi eux ! Il avait en effet réussi à s’enfuir lorsqu’il a vu les policiers arriver dans l’entrepôt.
Mais bien que miraculé, la tuerie l’affecte émotionnellement ce qui influe beaucoup sur sa volonté de continuer la bataille.

Bugs Moran s’éloigne ainsi progressivement du grand banditisme, effectuant désormais des petits cambriolages. Son influence n’étant plus la même il est de moins en moins protégé par la police.
Son règne prend fin définitivement lorsqu’il se fait emprisonner pour un énième braquage de banque.
Il décédera en 1957 en purgeant sa peine.

Ça y est, Al Capone a enfin écarté tous ses rivaux. Le contrôle total sur le crime organisé de Chicago est à portée de main.

La consolidation de son empire criminel

Al Capone se réunit à Atlantic City avec les grands chefs mafieux du pays

Du 16 au 19 mai 1929 a lieu le premier sommet du crime organisé aux États-Unis. Les plus grands chefs mafieux du pays se réunissent à Atlantic City pour discuter du futur de leurs entreprises.

Al Capone s’y rend pour garder un œil au cas où l’on tenterait de préparer quelque chose dans son dos. Il est accompagné par plusieurs grands noms de la pègre, tels que : Lucky Luciano, Meyer Lansky, Frank Costello, Albert Anastasia, Willie Moretti et bien d’autres encore.

 

Al capone biographie atlantic ciity

Al Capone à Atlantic City, situé à gauche de l’homme à chapeau.

 

Cette conférence a pour but d’apaiser les tensions entre les différentes familles pour éviter les guerres qui nuisent profondément au business

À cette réunion, Capone n’est pas vu d’un bon œil. On lui reproche notamment d’avoir trop attiré l’attention des médias depuis le massacre de la Saint-Valentin. Certains chefs mafieux pensent d’ailleurs qu’il est préférable de s’en débarrasser.

Heureusement pour Capone, il réussit à s’acheter un peu de temps.
On le conseille dès lors de faire profil bas pendant un moment.
C’est d’ailleurs ce qu’il fait mais d’une façon plutôt inattendue…

Petit tour forcé par la case prison

Pour faire profil bas, Al Capone choisit la solution la plus radicale : la prison.

En effet, 16 heures après avoir quitté la conférence d’Atlantic City, Al s’arrange avec des policiers de Philadelphie pour l’arrêter pour port d’arme. Selon lui, c’est l’unique façon de passer en dessous des radars du FBI, qui commence alors à s’intéresser à son cas.
Il prend 1 an de prison seulement, en partie grâce à ses nombreux avocats qui amenuisent largement sa peine.

 

Al capone biographie prison philadelphie

Photo d’identité judiciaire d’Al Capone pour son séjour au pénitencier de Philadelphie.

 

Le temps de son retour, Al Capone délègue les opérations à son frère Ralph.

Après avoir purgé sa peine, Scarface reprend par conséquent ses affaires. Mais le contexte a désormais changé, le massacre de la Saint-Valentin l’avait définitivement fiché.

Capone et ses loisirs

Al Capone était un grand fan de sport. Il adorait en effet assister à des événements sportifs, tels que la boxe, le baseball, les courses de chevaux ou de chiens.
À ces événements sportifs, il n’était pas rare de le voir accompagné de politiciens qui n’avaient aucune honte de s’afficher avec le grand boss de la pègre.

 

Al capone biographie baseball

Le joueur de baseball, Babe Ruth, signant un autographe pour Capone.

 

Durant son temps libre, Capone assistait aussi à des pièces de théâtre ou d’opéra.
Ses autres loisirs étaient : la musique jazz, le poker, la natation ou encore les femmes.

Il n’hésitait pas à s’exposer devant les médias, que ce soit via les apparitions en public ou les interviews. Cette exhibition inédite pour un gangster faisait ainsi le bonheur des journalistes qui commencaient alors à créer le mythe et la légende : Al Capone.

Son image est néanmoins largement entachée suite au massacre de la Saint-Valentin. L’opinion publique n’est plus dupe et découvre petit à petit son vrai visage…

Cette mauvaise publicité, Capone essaye tout de même de la cacher tant bien que mal, au point de vouloir se faire passer pour un Robin des bois et un bienfaiteur du peuple.

Donner aux pauvres pour mieux régner

Préoccupé par son image et toujours dans les radars du gouvernement qui veut se débarrasser du crime organisé à Chicago, Capone tente le tout pour le tout.

À cette période, il génère près de 120 millions de dollars de chiffre d’affaires par an (soit 1.5 milliard de dollars actuels). L’argent n’est plus ce qui lui manque, il investit désormais son temps pour redorer sa réputation à bout de souffle.

Et c’est en allant au secours des pauvres qu’il le fera.
Plus particulièrement durant la Grande Dépression de 1929 pendant laquelle il ouvre une soupe populaire visant à aider les personnes les plus démunies.

 

Al capone biographie soupe populaire

File d’attente pour la soupe populaire créée par Al Capone.

 

De cette façon, il tente de se rapprocher du peuple et de la classe populaire en général. Son but est de cultiver une image de Robin des bois : celui qui vole aux riches pour redistribuer aux pauvres.

Cette supposée philanthropie l’aide ainsi à s’acheter un peu de temps et d’attention auprès des médias, mais cela ne dure pas très longtemps.
Les ennuis judiciaires le rattrapent assez vite…

Le début des (vrais) problèmes judiciaires…

Al Capone, ennemi public n°1

Après le massacre de la Saint-Valentin, Al Capone choque l’opinion publique notamment par la façon dont les gangsters ont froidement éliminé la bande de Moran.
L’incident, largement relayé dans les journaux, offusque les Américains qui ne voient plus Scarface du même œil.
Les apparitions en public et les actions humanitaires ne changent rien. Al Capone atteint le point de non-retour…

Le gouvernement a fait son choix : il veut faire tomber Scarface qui devient ennemi public n°1.

 

Al capone biographie ennemi public numéro 1

Avis de recherche pour l’ennemi public n°1, Al Capone alias Scarface.

 

Faire chuter le parrain de Chicago se révèle toutefois compliqué. Capone à l’apogée de son règne est tellement influent que la loi elle-même ne peut rien faire face à lui. Et pour dire, à cette période son armée est plus puissante que la police de Chicago et les autorités du comté réunies.

Il est, de plus, impossible de le traduire en justice pour les crimes odieux qu’on lui attribue, tels que : la contrebande, le racket, le proxénétisme, les jeux d’argent et surtout les meurtres. Toute l’Amérique est persuadée que Capone est un criminel mais personne n’est capable de le prouver.

Même le célèbre Eliot Ness (agent chargé de faire respecter la prohibition à l’époque) n’arrive pas à trouver de preuves pour coincer Capone. Son équipe “Les Incorruptibles”, rendu célèbre par un film du même nom, ne fait que légèrement contrarier ses opérations.

 

Al capone biographie eliot ness

Portrait d’Eliot Ness.

 

De ce fait, le gouvernement et le FBI n’avaient plus le choix, il fallait qu’ils cherchent impérativement une autre solution.

Accusation pour fraude fiscale

Le gouvernement, toujours dans sa quête pour mettre Capone sous les verrous, pense que le meilleur moyen d’y arriver est la condamnation pour évasion fiscale.
Effectivement, l’ennemi public n°1 ne paie pas ses impôts, ce qui en fait un motif d’inculpation pour les autorités.

Al Capone a beau peser des millions de dollars, aucune déclaration de revenus n’est remplie à son nom. Le gouvernement décèle alors une faille qu’il exploite immédiatement.
Une équipe d’agents du département du Trésor se charge donc de trouver les preuves pour faire tomber le gangster.

En 1931, elle est trouvée par un comptable du nom de Frank J. Wilson qui prouve l’existence d’un des revenus du parrain.
Ce revenu provient d’un registre de jeux d’argent dans lequel le nom d’Al Capone apparaît.

L’heure de Capone était décidemment bientôt arrivée, la traduction en justice n’était plus loin.

 

Image des intouchables

L’équipe d’agents du département du Trésor chargée d’inculper Capone.

 

Le 5 juin 1931, il est de fait mis en examen pour fraude fiscale pour la période de 1925 à 1929.
Le 6 octobre 1931, son procès commence au tribunal fédéral de Chicago.
Ce dernier prend une ampleur internationale avec des médias du monde entier qui couvrent l’événement, encore inédit à cet époque.
Un procès opposant l’ensemble des États-Unis à un seul gangster. Du jamais vu !

À ce procès, Capone n’est pas plus inquiété que ça, il pense s’en tirer avec 2 ans de prison maximum s’il plaide coupable devant les juges.
À peine les jurés sélectionnés, Capone, comme à son habitude, tente de les soudoyer.
Sauf que cela ne marche pas comme prévu, les jurés sont remplacés au dernier moment.

À partir de cet instant le procès prend une tout autre tournure.

 

Al capone dans son procès pour évasion fiscale

Al Capone entouré de ses avocats durant son procès pour évasion fiscale.

 

Après 8 heures de délibération, les jurés rendent Capone coupable de fraude fiscale.
6 jours après, la sentence est donnée : le gangster prend 11 ans de prison ! Une peine anormalement élevée pour l’époque où les fraudes fiscales dépassaient rarement les 2 ans.

Qu’à cela ne tienne, la fin de partie est proche pour Scarface.
La prison devient sa prochaine destination.

Son séjour en prison et la maladie

On le transfert dans la prison du comté de Cook.
Son séjour là-bas est relativement confortable et agréable, notamment grâce à des contacts qu’il utilise à son avantage.
Il dispose notamment d’une cellule privée composée : d’une douche, un accès au téléphone et un moyen de faire des transferts d’argent à distance. Pour couronner le tout, ces hommes de main et les politiques peuvent lui rendre visite quand il veut.

À cet instant, son état de santé mentale commence à se détériorer à cause de la syphilis. Une maladie qui lui fait perdre progressivement son empire criminel et ses associés.

Quelque temps plus tard, le gouvernement américain décide de le transférer au pénitencier d’Atlanta. Une prison bien plus stricte dans laquelle aucune forme de corruption n’est possible. Al Capone pouvait ainsi dire adieu au doux confort de sa précédente cellule.

À 33 ans, sa santé continue de s’aggraver. Il commence à présenter des symptômes du stade tertiaire de la syphilis. La démence l’atteint progressivement.

Pourtant son cauchemar n’est pas fini, puisque le 19 août 1934 il est envoyé à la prison fédérale d’Alcatraz, une île pénitentiaire près de San Francisco fraîchement créée par le gouvernement, qui a pour but de contenir les détenus les plus dangereux du pays.

 

Photo judiciaire al capone à alcatraz

Photo d’identité judiciaire d’Al Capone pour Alcatraz.

 

Voici un petit aperçu des conditions de détention à Alcatraz:

  • Visites limitées à 1 par mois après approbation du directeur.
  • Aucun contact physique n’est possible avec les visiteurs.
  • Interdiction d’utiliser la radio, les journaux ou la lecture non autorisés par la prison
  • Travailler au sein de la prison est un privilège et non un droit.
  • Les cellules des condamnés sont exiguës
  • Impossibilité d’échanger avec les autres prisonniers.
  • Aucun moyen de s’échapper

Capone doit donc purger sa peine dans cette prison ultra stricte.
Mais sa santé empire. Capone est de plus en plus malade, ce qui le contraint à quitter la prison pour être transféré à l’hôpital.
Son état piteux le fait d’ailleurs définitivement quitter la prison d’Alcatraz.

Il passe dès lors ses dernières années dans sa villa en Floride avec sa famille et ses proches. À cet instant, Al Capone n’est plus que l’ombre de lui-même, son tempérament proche de celui d’un enfant de 12 ans lui fait sans cesse confondre fantaisie et réalité.

Le 25 janvier 1947, il meurt d’une crise cardiaque, à l’âge de 48 ans.

 

Al Capone en train de pêcher

Al Capone, cigare en bouche, en train de pêcher en Floride.

 

Corps d'Al Capone après sa mort

Corps d’Al Capone après sa mort.

 

L’héritage laissé par Al Capone

Que donc retenir de la vie d’Al Capone ?

Passant des quartiers défavorisés de Brooklyn aux hautes sphères de la criminalité de Chicago, il a vécu son rêve américain, d’une manière certes non conventionnelle.
Doté d’une fortune considérable, estimée à plus de 1 milliard de dollars à l’apogée de son règne, il a été sans aucun doute l’un des gangsters les plus riches de l’Histoire.

Cette fortune, il la doit bien évidemment au contexte politique de son époque, notamment la prohibition (le tremplin qui lui a permis de développer son empire criminel).

Étant perçu comme LE gangster le plus dangereux et influent de l’Histoire des États-Unis, il ne le fut en réalité que dans sa ville : Chicago.
Pour ses confrères du crime organisé du reste du pays, il n’était qu’un chef de pègre parmi tant d’autres, qui d’ailleurs n’était pas souvent vu d’un très bon œil (en témoigne son rappel à l’ordre à la conférence d’Atlantic city suite au massacre de la Saint Valentin).

Quoi qu’il en soit dans l’imaginaire collectif, Scarface est, et restera, le symbole du gangster des années 20.
Son héritage culturel lui ne cessera de continuer que soit sous forme de films, séries ou documentaires.

Films et séries sur la vie d’Al Capone

Films 🎬

Scarface 1932
        Scarface (1932)
Al Capone 1959
        Al Capone (1959)
L'affaire al capone 1967
        L’Affaire Al Capone (1967)
Capone 1975
        Capone (1975)
Les incorruptibles 1987
        Les Incorruptibles (1987)
Capone 2020
        Capone (2020)

Séries 📺

Les incorruptibles 1959 1963
        Les Incorruptibles (1959-1963)
Boardwalk empire 2010 2014
        Boardwalk Empire (2010-2014)

Sources

https://books.google.com/books/about/Al_Capone.html?id=KzOQLlQvBa0C
http://www.myalcaponemuseum.com/id213.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/Al_Capone

Vidéo sur la vie d’Al Capone

 

Sois au courant de notre prochain article !

Les emails sont gratuits et tes données restent privées. Possibilité de te désinscrire à tout moment. 👍

MERCI DE PARTAGER MON TRAVAIL

Une réponse sur « Al Capone : La Biographie du Vrai Scarface »

al capone bandi tueur méchant ont pourraient se passer toi crime pour l humanité pas de conscience ame pourritte devant dieu je préfaire et de beaucoup etre dans ma peau que dans la sienne

Laisser un commentaire

Ton adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * *

Ces articles devraient t'intéresser

Album photo d'al capone
REÇOIS GRATUITEMENT UN ALBUM PHOTO D'AL CAPONE

Les emails sont gratuits et tes données restent privées. Possibilité de te désinscrire à tout moment. 👍

Album photo al capone mobile
REÇOIS GRATUITEMENT UN ALBUM PHOTO D'AL CAPONE​

Les emails sont gratuits et tes données restent privées. Possibilité de te désinscrire à tout moment. 👍

Album photo d'al capone
REÇOIS GRATUITEMENT UN ALBUM PHOTO D'AL CAPONE

Les emails sont gratuits et tes données restent privées. Possibilité de te désinscrire à tout moment. 👍